vis-pre

Il y a quelques années de cela, la visite médicale prénuptiale était encore obligatoire. Le principal but étant d’éviter certaines complications ou de préparer le couple à celles-ci dans le cas où il veut enfanter.  Elle reste de ce fait plus importante que jamais.

Les tests effectués lors de cette visite médicale sont les suivants :

Détermination du groupe sanguin

Ici, il est notamment question de facteur Rhésus. Le facteur Rhésus est un antigène D, substance présente ou non à la surface des globules rouges. Dans le premier cas, l’individu est appelé « Rhésus positif » (Rh+) et dans le cas contraire, il est « Rhésus négatif » (Rh).

vis-pre1

Tout d’abord, il est important de rappeler que lorsque le corps se trouve en présence d’un antigène, il va fabriquer des anticorps dans le but de détruire ce dernier. Ce qui veut dire qu’une personne Rh–  va fabriquer des anticorps contre les globules rouges contenu dans le sang d’une personne Rh+.

Pour une femme Rh, lorsque son conjoint est Rh+, deux cas peuvent se présenter :

  • Soit le bébé est Rh et il n’y aurait donc aucun problème,
  • Soit le bébé est Rh+ et il y aurait alors incompatibilité rhésus entre la mère et l’enfant.

Dans ce second cas, même s’il existe une incompatibilité, celle-ci n’aura pas de conséquence sur la première grossesse puisque le sang de la mère ne se confond pas avec celle de l’enfant. Néanmoins, leur sang va se mélanger lors de l’accouchement et c’est à ce moment-là que la mère fabrique des anticorps contre le Rh– .

C’est alors à partir de la deuxième grossesse que cette incompatibilité va entrainer des conséquences graves, puisqu’un deuxième bébé Rh+ va être perçu par le corps de la mère comme une menace et les anticorps fabriqué suite à l’accouchement du premier enfant vont attaquer les globules rouges du fœtus en traversant le placenta.

Les conséquences sont les suivants :

  • La jaunisse néo-natale précoce apparaissant au cours des 24 premières heures de vie de l’enfant.
  • Un bébé nait bouffi, souffrant d’œdèmes avec un gros foie et une grosse rate. L’enfant peut être sauvé après une réanimation massive mais le taux de mortalité reste tout de même élevé.
  • La mort directe du fœtus in utero et l’avortement.

Afin d’éviter les complications lors de la grossesse suivante, une injection d’immunoglobulines anti-D est directement effectuée après chaque accouchement, afin de neutraliser les globules rouges Rh+ provenant de l’enfant et d’éviter la production d’anticorps par la mère. La prochaine grossesse ne sera alors plus fatale pour l’enfant.

La toxoplasmose

vis-pre2

La toxoplasmose est une maladie provoquée par un parasite contenu dans la viande et qui est transporté par les animaux, en particulier les chats. Ce parasite est retrouvé dans les excréments de ces derniers.

Si cette maladie est bénigne chez les êtres humains, elle peut devenir dangereuse chez les femmes enceintes dont le système immunitaire se retrouve affaibli. Un test doit de ce fait être effectué avec le début d’une grossesse.

Si la toxoplasmose n’est pas dépistée à temps, elle peut avoir des effets négatifs sur le développement du fœtus, en entrainant des malformations oculaires, cérébrales ou encore cardiaques. Dans les cas les plus graves, cette maladie provoque la mort in utero de ce dernier.   Il existe tout de même des enfants qui naissent parfaitement normaux mais qui doivent faire l’objet d’un suivi jusqu’à leur premier anniversaire.

Afin d’éviter toute complications, un diagnostic sérologiques doit être effectué afin de savoir si la mère possède des anticorps contre la maladie ou non. Dans le premier cas, il n’y aura pas de risque d’infection pour le bébé. Cependant, dans le cas contraire, une hygiène de vie stricte doit être adaptée comme entre autres éviter la consommation d’aliments crus ou le contact avec les chats.

La rubéole

La rubéole est une infection contagieuse causée par un virus. C’est une maladie généralement bénigne, sauf chez les femmes enceintes. En effet, lorsqu’une femme enceinte non immunisée contre la rubéole contracte la maladie, le fœtus se retrouve également infecté et ceci peut entraîner des effets néfastes sur ce dernier, en fonction de la période d’infection.

  • Si le fœtus est infecté pendant les 12 premières semaines de grossesse, il souffrira particulièrement de problèmes oculaires, auditifs, cérébraux et cardiaques.
  • S’il contracte la maladie entre la 12ème et la 15ème semaine de grossesse, les problèmes ne seront visibles que dans 35% des cas et se limiteront à des atteintes auditives telles que la surdité avec semi-mutité.
  • En cas d’infection entre la 16ème et la 19ème semaine de grossesse, l’enfant peut souffrir d’un retard de croissance intra-utérin avec atteintes viscérales.
  • Et si le fœtus contracte la rubéole à partir de la 20ème semaine de grossesse, il ne souffrira généralement d’aucun problème.

vis-pre3

Pour ne pas contracter la rubéole pendant la grossesse, il est important de s’assurer que l’on est immunisé contre la maladie à travers une analyse sanguine avant de tomber enceinte. Si ce n’est pas le cas, un vaccin contre la rubéole sera effectué.

Dans le cas où vous êtes déjà enceinte mais que vous n’avez jamais été vaccinée, il faut éviter d’entrer en contact avec les personnes infectées.